recherche
anim.ch > Journées > Journées anim et aînés > 2007 1ere 3 avril > Biodanza
  
login
pass
  
Biodanza
Quelques considérations sur la Biodanza
La Biodanza comme d’autres systèmes de développement humain qui utilisent le mouvement propose un programme adapté aux différentes catégories de personnes qui la pratiquent et vise le bien- être général.

Les bienfaits des exercices corporels sont déjà connus par le public, et la science les confirme. Le mouvement s’avère précieux dans la régulation des fonctions organiques telles que la digestion, la circulation sanguine, le transit intestinal, etc... Il renforce la musculature corporelle permettant à cette dernière de ne pas s’atrophier et de répondre avec précision aux ordres envoyés par le cerveau. Par ailleurs, les exercices ont une incidence psychique directe, puisqu’ils agissent dans la production des hormones responsables des sensations de plaisir.

Si le mouvement en lui-même procure de nombreux bénéfices pour la santé, il acquiert une efficacité plus grande encore lorsqu’on le coordonne avec la musique et la motivation affective suscitée par la rencontre de l’autre dans le groupe.

Le système Biodanza réunit ces éléments en proposant des exercices qui peuvent être faits individuellement, à deux, par petits groupes ou tous ensemble.

Les exercices invitent les participants à réaliser des mouvements naturels et spontanés qui obéissent à des principes physiologiques et anthropologiques. Ces gestes possèdent un contenu émotionnel déclenché par la relation avec l’autre et la musique. Dans la séance, chaque personne peut participer à son rythme et selon sa capacité motrice.

L’importance de la musique

La musique est un langage universel accessible aux enfants et aux adultes de n’importe quel pays. La musique est l’instrument de médiation entre les émotions et le mouvement corporel.

Les musiques utilisées sont sélectionnées parmi les musiques classiques et populaires. Elles obéissent à des critères précis, définis par la sémantique musicale. Ces critères permettent de faciliter le mouvement: dynamique ou relaxant, structuré par le rythme ou conduit par la mélodie.

L’importance du groupe

Le groupe est un réseau de relations, matrice pour l’expression de l’identité de chaque participant. Jean Piaget dans la psychologie et Erickson dans le domaine de la sociologie, ont démontré l’importance de la relation aux autres dans le développement de l’individu. Nous savons que la possibilité d’une évolution solitaire n’existe pas.

Ce réseau de relations stimule l’élan vital de chacun à travers la joie de jouer ensemble. Le besoin d’être à l’écoute et l’envie de s’exprimer trouvent ici un cadre adéquat.

Chaque élément du groupe est encouragé à s’exprimer librement et à donner des ailes à son imagination. La création de séquences de mouvements adaptés à la musique et à la situation de groupe permet d’exprimer des potentialités oubliées ou niées mais toujours présentes.

De cette façon, on peut définir la Biodanza comme un système d’intégration et de développement des potentiels humains, par la danse, la musique et des situations de rencontre en groupe.

Il y a intégration dans le sens où la cohérence et l’unité à l’intérieur des différentes fonctions organiques et psychiques sont respectées.

Le développement humain signifie simplement permettre l’expression génétique de nos immenses capacités de rénovation et d’adaptation à de nouvelles situations de vie.

Quelques considérations sur le vieillissement

Rolando Toro, créateur du système Biodanza, voit le processus de vieillissement tout d’abord comme le résultat complexe de la structure biographique et héréditaire d’un individu. Le vieillissement est ainsi l’expression du style de vie, de l’attitude face au monde et aux autres. L’isolement accélère le processus de vieillissement.

En relation au style de vie, nous pouvons prendre en compte les études faites en gériatrie et en réhabilitation, études qui démontrent l’importance du mouvement, de la communication et des relations affectives dans le processus de vieillissement.

Nous pouvons citer Lapierre, spécialiste en réhabilitation, lequel démontre l’importance de l’affectivité dans le processus d’intégration des fonctions motrices. Ce concept modifie sensiblement la stratégie des programmes de réhabilitation, qui jusque-là, étaient centrés sur des fonctions isolées.

Chopra signale que de nombreux symptômes de sénilité, considérés autrefois en gérontologie comme définitifs, sont en réalité réversibles. Ainsi, ils ne seraient pas le signe d’une dégénérescence du cerveau, mais ils seraient plutôt dus à une mauvaise alimentation, à la déshydratation, à la solitude, ou à des facteurs liés à l’environnement.

Pour Rolando Toro, on ne peut pas considérer le vieillissement en termes seuls de pertes ou de diminution de capacités. Une étude approfondie l’amène à voir ce processus comme « une forme complexe de développement dans lequel certaines fonctions sont diminuées, d’autres sont conservées et d’autres encore augmentent d’efficacité ».

Ces potentiels tardifs peuvent s’observer dans les oeuvres de maturité de Maria Rilke, Picasso, Le Titien, Beethoven. La liberté expressive de ces oeuvres tardives, la puissance et la grandeur de leur conception n’ont pu être atteintes qu’à l’âge de la maturité.

Malheureusement ces capacités propres à l’âge demeurent généralement latentes. Elles ne sont pas stimulées et sont même sous-estimées.

Après la retraite, l’espace occupé par l’activité professionnelle doit être rempli par des activités choisies par plaisir et non par obligation. Se mettre en route pour vivre cette liberté peut parfois paraître difficile, mais de nombreux témoignages nous montrent que c’est possible.

L’individu qui vieillit peut vivre «l’ici-maintenant» illuminé par le soleil du passé. Ainsi, la nature devient une amie dont il commence à saisir les mystères. Il peut conserver l’enthousiasme de la jeunesse, continuer à se passionner, nourrir des relations qui lui conviennent. Pour cela, peu importe que l’on ait vingt ans ou quatre-vingts ans.

En définitive, entretenir la relation avec le monde et
les autres semble le meilleur chemin pour vieillir.

Les ateliers de Biodanza pour les personnes âgées

La Biodanza pour les «jeunes» personnes âgées ne diffère pas beaucoup d’un atelier pour d’autres groupes, si ce n’est par le rythme et la durée des ateliers.

Dans un cadre permissif et une ambiance joyeuse, chacun est invité à s’exprimer avec liberté, en cohérence avec son rythme et à son niveau moteur.

Les exercices sont d’une complexité progressive, et les musiques adaptées à la préférence du groupe.

La dynamique du cours prévoit dans les premières 15 minutes, un échange théorique sur des thèmes proposés par le groupe.

La deuxième partie est composée des exercices d’activation, toujours adaptés à la capacité des personnes, et des exercices de relaxation.

En résumé, les exercices de Biodanza ont pour but

· de récupérer l’habileté motrice,
· de diminuer les symptômes psychosomatiques,
· de renforcer la confiance en soi,
· de rétablir et créer des liens sociaux,
· de soulager les tensions et la rigidité musculaire,
· de développer l’expression créative,
· de stimuler la mémoire.

Organisation des ateliers

Les ateliers ont une durée de 90 minutes, une fois par semaine.
(60 minutes avec les personnes du 4ème âge en institution.)

La Biodanza ne propose pas la jeunesse éternelle,
mais la découverte de la joie de vivre aux 20, 40 ou 80 ans.

Quelques extensions de la Biodanza

• Biodanza pour personnes âgées
• Biodanza et toxicomanie
• Biodanza pour asthmatiques
• Biodanza avec des psychotiques chroniques
• Biodanza dans la réhabilitation des mutilés chirurgicaux
• Biodanza et maladie de Parkinson

Le facilitateur de Biodanza

Après un parcours personnel qui l’a amené à un degré d’études secondaires, le facilitateur de Biodanza a suivi une formation de trois ans, à l’école de Biodanza Rolando Toro de Suisse. Les différents modules de sa formation lui ont permis d’acquérir des connaissances approfondies dans des domaines tels que biologie, physiologie, psychologie, anthropologie, sémantique musicale et dynamique de groupe.

Manuela Pointet

Manuela Pointet est maman de trois enfants et réside à Réchy en Valais.

Professeur d’éducation musicale, diplômée du conservatoire et de l’université de Genève, elle a enseigné durant plusieurs années la musique dans les écoles publiques.

Facilitatrice/formatrice de Biodanza, spécialisée en Biodanza clinique, elle s’est formée à l’école suisse de Biodanza avec entre autres professeurs, Rolando Toro, le créateur du système.

Membre de l’Association suisse des facilitateurs de Biodanza, Manuela anime des cours hebdomadaires de Biodanza à Sierre, ainsi que des journées et séminaires en Suisse et en France.




Facilitateurs suisses spécialisés dans la pratique avec les personnes âgées
Nadia Robin nadia@biodanza.ch 027 475 40 13
Manuela Pointet manuela@biodanza.ch 027 458 60 00
Agnès von Burg agnès@biodanza.ch 027 322 92 81
Pablo Luisoni pablo@biodanza.ch 022 733 28 01
Véronique Fouré-Luisoni véro@biodanza.ch 022 733 28 01

Les possibilités actuelles pour découvrir et/ou se former en Biodanza

Cours de Biodanza dans toute la Suisse. Renseignements :
Association suisse des facilitateurs de Biodanza http://www.biodanza.ch

Formations. Renseignements pour toute formation, auprès de
Ecole suisse de biodanza, directrice Nadia Costa Robin
Nadia Robin nadia@biodanza.ch 027 475 40 13

1) Formation de facilitateur de Biodanza.
27 modules à raison d’un week-end toutes les 6 semaines environ pendant 3 ans.






← retour