recherche
anim.ch > Journées > Journées anim et aînés > 2007 1ere 3 avril > Collaboration Interdisciplinaire
  
login
pass
  
Collaboration Interdisciplinaire
Collaboration Interdisciplinaire.
Inter : Réciprocité – Entre deux
Pluri : Plusieurs
Disciplinaire : Adjectif de discipline : Se dit des diverses branches de la connaissance.


L’animation est le seul secteur dans l’institution à travailler AVEC tous les autres secteurs, en réciprocité.


DIRECTION :
Pour la philosophie de l’institution, les critères de prise en charge, les décisions institutionnelles, le budget, les dates de manifestations, les colloques réguliers pour le bon fonctionnement de la prise en charge des résidents. Pour toutes les décisions institutionnelles.
Pour le soutien, les recommandations et les conseils quant à la bonne marche du servie dont on est responsable.

LES SOINS INFIRMIERS :
Pour les projets de vie, les colloques de prise en charge globale du résident, les modifications du comportement des résidents. Les annotations bien ciblées des observations sur les dossiers de soins qui seront prises en compte d’un côté comme de l’autre, les référents réciproques animateur-soin pour une prise en charge toujours à jour, pour la cohésion des relations avec les familles.

ANIMATION SPIRITUELLE :
Elle dépend directement du service d’animation pour les programmes des cultes, messes, célébrations oecuméniques, jubilaires, fêtes de la maison, cérémonies de départ, accompagnements sur demande etc.

HÔTELLERIE – CUISINE :
Pour toutes les manifestations spéciales, les fêtes, les collations et repas d’anniversaires, les sorties, les collations ponctuelles pour décès, réunions, formations etc.

ADMINISTRATION :
Pour les sorties : argent de poche, liste à donner pour, si visite, que la réceptionniste sache que le résident est dehors. Pour la transmission du courrier à distribuer chaque matin, pour les avances de caisse en cas d’achats pour notre service.

INTENDANCE :
Il est toujours intéressant d’entendre et de savoir écouter ce que les dames du ménage ont à dire sur le résident. Quotidiennement, elles pénètrent dans l’intimité du résident en étant dans sa chambre au milieu des souvenirs. Souvent cela leur donne l’occasion d’entendre certaines confidences qui peuvent rendre service aux autres équipes qui gravitent autour de lui.

SERVICE TECHNIQUE :
Aide réciproque lors de grandes fêtes, de sorties, d’accompagnement chez le médecin ou à l’hôpital.

MEDECINS :
Pour la prise en charge spécifique d’un résident.

ERGOTHERAPEUTE :
Pour les positions des résidents à l’animation, la fabrication de certains objets, le confort dû à la distance des tables, la hauteur des chaises, la position par rapport à la lumière, etc.

PHYSIOTHERAPEUTE :
Pour des conseils lors des espaces gymnastiques, le respect de ses horaires par rapport à une sortie, une manifestation, etc.

LES FAMILLES :
Pour les histoires de vie, la collaboration dans la prise en charge globale de leurs parents, pour une collaboration active lors de manifestations spéciales.







Pour bien travailler en interdisciplinarité, il faut abroger toutes prérogatives, qui sont les avantages honorifiques, les droits, les pouvoirs exclusifs que possède une personne ou une collectivité, et qui sont attachés à sa fonction,
On détient TOUS une forme de véracité due à notre formation, notre fonction, notre cursus de vie. C’est en mettant nos spécifications professionnelles EN COMMUN, entre secteurs, que nous allons viser au mieux, ENSEMBLE, la satisfaction des besoins exprimés par les résidents et ses proches, l’accompagner au mieux depuis son entrée dans l’institution jusqu’au terme de sa vie.

Les animateurs ont une certaine liberté d’action. Celle-ci leur permet une forme de polyvalence avec certaines activités propres à d’autres services. Par exemples : assurer une présence en fin de vie auprès du résident ou de sa famille, dans un projet déterminé par l’équipe des soins, ou remplacer une aide soignante pour un repas à un résident et lui permettre ainsi de passer un moment d’accompagnement auprès du résident en fin de vie dont elle s’est occupée. Ou lorsque les équipes de soins sont en sous-effectifs, les animateurs peuvent, à l’improviste, accompagner un résident chez le médecin. Pour l’animateur, se sera une animation individuelle et, pour l’équipe, le soulagement de rester un effectif suffisant pour assurer leur charge de travail.

Les ateliers, les espaces d’animation peuvent être décalés, changés, improvisés, si cela est un cas de force majeur. Une sortie peut être remise au lendemain, un atelier peut être réduit, ou décalé. Si l’explication est claire pour les résidents, cela les rend solidaires des autres. Certains se disent que si cela devait être fait pour eux, ils en seraient bien aise !!

Il arrive aux animateurs de donner un coup de main à l’hôtellerie pour servir lors de manifestations spéciales, d’aider à dresser des tables lors de repas spéciaux, de tenir un buffet lors d’une cérémonie et de donner un coup de main pour ranger. La décoration de la maison pour les fêtes se fait en collaboration étroite avec l’hôtellerie. Aller chercher un objet dans un magasin lors d’une sortie pour éviter au service technique de refaire le même chemin et de perdre ainsi un temps qui leur est précieux. Aider une dame de ménage à sortir un résident de la chambre durant une heure pour qu’elle puisse nettoyer à fond tranquillement, ou aller poser des tableaux, faire un coup de ménage nous-mêmes dans nos locaux lorsqu’il y a une surcharge de travail due a un évènement impromptu. Ce ne sont que quelques maillons d’une longue chaîne, et les exemples seraient nombreux.

Ceci dit, la réciprocité doit être présente. Les soignants vont nous donner un coup de main pour accompagner des résidents à un concert, car ils savent que l’effectif est réduit ce jour là. Ils vont nous demander notre évaluation sur le suivi d’un résident, vont demander quelques conseils quant à la manière de s’occuper d’un résident durant un week-end ou un laps de temps d’hypo-activité demandé par le médecin.

L’hôtellerie nous préparera une belle salle, prendra, pour une de nos manifestation, des extras si nous avons besoin, demandera notre avis pour une journée à thème.

Le service technique nous préparera du bois pour nos ateliers, nous prêtera son atelier pour la fabrication de grosses pièces, viendra nous donner un coup de main pour monter un meuble. Les dames de ménage feront des nettoyages supplémentaires et non programmés après un atelier salissant

Dans son cahier des charges, il est demandé à l’animateur d’être flexible. C’est le maître mot de notre activité. C’est aussi un intérêt non négligeable, Aucun jour ne ressemble à un autre. Travailler pour les résidents, et collaborer avec les autres secteurs.
Mais ATTENTION, cette liberté demande beaucoup de rigueur et de structure. Il ne faut pas qu’elle soit vécue ou ressentie comme une échappatoire, ou que cela puisse donner l’impression d’un certain laisser aller. Il faut que cette flexibilité soit digne du respect des autres secteurs et qu’elle aboutisse à une réciprocité.




Comment s’y prendre pour APPRENDRE A TRAVAILLER et pour que chacun se sente écouté, entendu, pris en considération et valorisé dans sa tâche ?

Organiser selon les moyens de vos institutions :

- UN GRAND PROJET INSTITUTIONNEL :
Tels : la Qualité, les Soins Palliatifs, l’Humanitude.
Ensemble, en groupe de travail, où chacun pourra s’exprimer, décrire son travail et participer, à part égale, à créer les concepts, les instructions de travail, les procédures, les directives, etc. Tout projet créé avec tous les secteurs de l’institution réunis sera beaucoup plus facile à appliquer ! Certains secteurs ne sont que rarement sollicités, et pourtant ils ont beaucoup à dire.

- UNE PRISE EN CHARGE GLOBALE DU RESIDENT :
Par des séances hebdomadaires avec chaque unité de soins et le référent animateur de cette unité pour l’évaluation de nos projets ou objectifs communs envers un ou plusieurs résidents.

- ANALYSES PRATIQUES
Elles sont fixées un nombre de fois déterminées dans l’année (ex : à la maison du Pèlerin : 4x l’an) mais peuvent être déclanchées lors de toute situation compliquée et complexe où les professionnels que nous sommes n’arrivent pas à viser une cohésion. L’analyse pratique ne sert pas à élaborer un projet de soin pour le résident, mais à mettre le doigt sur ce qui ne fonctionne pas dans notre pratique professionnelle en lien avec une situation donnée

- COLLOQUE INTERDISCIPLINAIRE :
Convoquer les secteurs concernés par le résident en question : direction, médecin, hôtellerie, ménage, ergothérapie, famille, psychologue, etc. Ce sera indispensable pour une prise en charge de soins palliatifs, de fin de vie, un projet de vie.

- UNE REUNION MENSUELLE SUR TOUS LES RESIDENTS DE L’ETABLISSEMENT.
Chaque secteur est convoqué. En prenant la liste alphabétique des résidents, nous les passons en revue pour entendre ce que chacun a observé sur un changement de comportement en relation avec la vie sociale. On exclut le coté médical, qui, lui, est souvent invoqué. S’il n’y a rien à dire, c’est RAS !

- DES ECHANGES INTER SERVICES :
.Sur une base de temps déterminée par l’institution, se rendre dans un autre secteur et travailler exactement comme ils en ont l’habitude. Vivre et comprendre ainsi le travail des autres, apprendre a respecter ce travail, identifier les moment forts de leurs occupations et ceux qu’ils vivent avec le résident.

- LES FORMATIONS INTERNES :
Se former, tous secteurs confondus, nous permet de trouver un langage commun, avoir une même approche, la même façon de « faire ».

En dehors de ce qui est proposé par l’institution, il est possible de faire d’autres choses ensemble. Le problème, dans nos institutions, vient souvent du fait que nous nous connaissons mal, que nous ne faisons que nous côtoyer. Que savons-nous des coutumes, des rites, des valeurs et des croyances de nos collègues étrangers ? Sans rentrer dans la vie privée des autres, si nous apprenons à les connaître, cela abattra les préjugés et nous permettra d’être et de faire mieux ensemble, en étant plus respectueux. Mais il ne faudra jamais oublier que même si nous nous comprenons mieux, il nous faudra toujours agir en nous référant d’abord aux critères et aux valeurs du résident, puis au concept d’accompagnement inscrit dans la philosophie de l’institution !

ORGANISER :
- Des sorties,
- Préparer la fête des résidents avec au moins un projet commun
- Préparer la fête du personnel entre 2 secteurs
- Ecrire dans le journal de l’établissement pour expliquer une journée type, donner une recette de son pays, parler de ses coutumes, d’un de ses hobbies, etc.




← retour