recherche
anim.ch > Journées > Journées anim et aînés > 2007 1ere 3 avril > Atelier d'écoute musicale
  
login
pass
  
Atelier d'écoute musicale
ATELIER D’ECOUTE MUSICALE
Animé par Valérie Dale, à la maison de Vessy, à Genève
CONTACT :

Valérie Dale :
· propose aux professionnels de participer à l’atelier d’écoute musicale
· propose d’animer un atelier dans la région de Genève

valerie.dale@emsvessy.ge.ch
tel professionnel : 022 899 21 11, demander Valérie Dale


DESCRIPTION :

Proposer l’atelier aux résidants :

« Ecoute musicale sur la base de livrets d’opéras »

La musique commence là où il n’y a plus de mots….
On peut écouter uniquement la musique sans se préoccuper des mots qui sont souvent dans une autre langue que la sienne.
L’opéra touche aux émotions, il est riche de tous les sentiments humains.
A travers ses personnages, on peut retrouver toute la gamme des sentiments, émotions, états d’âme : amour, passion, jalousie, envie, haine, perte d’un être aimé, liberté, esclavage, nationalisme, foi, croyances, etc.

L’opéra touche aux mythes et symboles : il permet également de travailler différentes périodes historiques (avant J-C, après J-C, monde païen, grandes invasions, Moyen-âge, etc)
On voyage aussi beaucoup par ce moyen (Paris, Séville, Pékin, Japon, Russie, Allemagne, Suisse, Rome, Belgique, etc), et on entend différentes langues (italien, français, allemand, russe, etc).

Constat : les résidants préfèrent les opéras tragiques, violents (les plus nombreux au répertoire) aux opéras bouffe qui se terminent bien et sont plus légers (ex : La Cenerentola : Rossini, L’Elixir d’amour : Donizetti, etc)

L’opéra ouvre sur l’imaginaire de chacun qui peut partir dans ses rêveries (les résidants sont plus somnolents en regardant un DVD)


Infos pratiques

Quand : Lundi, de 10h30 à 11h30 (le matin avant le repas est un moment idéal)

Nombre : de 15 à 25 personnes par atelier
Public :
· des personnes qui apprécient l’opéra (y sont allés, possèdent une discothèque, etc)
· des personnes qui y ont travaillé (machiniste au Grand-Théâtre, etc.)
· des personnes qui aiment cette musique mais n’avaient pas les moyens d’y aller (places trop chères).
· Des mélomanes.
· Des personnes qui veulent découvrir la musique.
· des personnes démentes, qui déambulent toute la journée, restent tranquilles pendant une heure, se détendent

N.B : l’atelier ne convient pas à certains résidants déments que le bruit dérange (variations de tonalité)

Objectifs

Partir de la culture musicale d’un groupe de résidants afin de réécouter des œuvres connues et aimées.
Favoriser le sentiment d’appartenance à un groupe, à une culture.
Permettre l’évasion par la musique.
Permettre la détente.
Travailler sur la sensibilité (il n’y a pas besoin du langage)
Travailler sur la tolérance vis-à-vis des handicaps
Mixité du groupe (autonomes, déments)

Attention au mélange de personnes autonomes et démentes, car la tolérance du groupe est plus ou moins élastique. Il faut que le bénéfice de l’activité soit appréciable pour la majorité.

Déroulement

Une séance :
- Présentation des uns aux autres, de stagiaires, de visiteurs

- Introduction

- Alternance entre la lecture du livret et l’écoute de passages musicaux (environ moitié-moitié)
· Faire écouter, lire, expliquer, questionner, ré-écouter
· expliquer l’histoire, les personnages, les interprètes
· Travailler sur la mémoire, en faisant retour sur l’épisode précédent
· Faire de chaque élément l’occasion d’un questionnement, d’un échange (Quel est le personnage principal ? Carmen. Qui c’est ? une allumeuse, une bohémienne, une femme amoureuse, une femme libre…)
· Travailler avec la provocation, l’humour, l’espièglerie

- Clôture
· Boucler (cet opéra vous plaît ?)
· Récolter des souhaits : qu’écouter, ou ré-écouter ?
· Mettre un air qui « donne la pêche » pour finir
· Un petit groupe reste souvent pour approfondir
Varier les plaisirs durant la séance :
· Couper avec un pot pourri d’airs connus, et un quizz de questions
· Passer des séquences de DVD
· ré-écouter des passages entiers
· amener du contenu autour de l’historie : géographie, mythes, contes,…
· Découvrir un interprète : écoute comparée de différents morceaux

Prolonger l’atelier à d’autres moments :
Visionner des DVD amenés ou choisis par des résidants à un autre moment de la semaine
Sortir à l’opéra
Inviter des chanteurs (d’opéra/opérette, amateurs ou professionnels en répétition)

Consigner des observations après l’atelier dans le dossier de soin :
· sur la venue du résidant : si je suis allée le chercher, s’il est venu par lui-même., si quelqu’un l’a amené.
· La mémoire qu’a le résidant de l’œuvre, des personnages.
· Son comportement durant l’écoute : attentif, tape des mains, siffle, se rappelle des airs connus, chantonne, se détend ou non, ferme les yeux, s’assoupit ou s’endort, se bouche les oreilles, se referme sur soi, est distrait, etc
· remerciements, demandes d’informations, apports à l’atelier (de textes, disques, films,…)

Effets tangibles de l’atelier (la musique adoucit les mœurs…)

Des résidants…
· ont écrit sur l’atelier
· ont proposé des DVD à visionner.
· Montrent des signes de détente pendant l’atelier, mais aussi après
· En parlent encore à d’autres professionnels qui le rapportent à l’animation (pédicure, coiffeur, etc…)

Mise en œuvre pratique

Temps de préparation :
· Chercher l’opéra et son livret en français
· S’informer de l’histoire (il n’est pas nécessaire, par contre, d’écouter tout l’opéra préalablement. L’animateur/trice peut découvrir le texte de l’opéra au fil de l’atelier)
· Prévoir la séquence d’écoute pour le temps de l’atelier

Matériel :
· Salle équipée avec un lecteur de CD et des enceintes, qui permettent d’avoir une écoute optimale n’importe où dans la pièce.
· Ecran pour visionner un DVD
· Tableau et feutres pour présenter personnages et artistes
· CD d’Opéras, avec le livret en français.

Accueil :
· Accueillir les personnes dans le confort et le calme.
· On peut assister, sans déranger (visiteurs, stagiaires, observateurs, familles, …)
Les opéras qui ont du succès :
Bizet : Carmen (thème de la liberté)
Puccini : Tosca
Puccini : Madame Butterfly
Verdi: Rigoletto (lutte de classes et perte de sa fille)
Verdi: Othello (drame de la jalousie et du pouvoir)
Verdi: Attila
Verdi: Nabucco
Massenet : Manon Lescault
Delibes : Lakmé
Donizetti : Lucia di Lammermoor
Wagner : Lohengrin (un chevalier vient aider une femme accusée à tort d’avoir tué son frère : thème du héros, de l’amour, de la quête du Graal, de l’ange qui descend du ciel…)
Mozart : la Flûte enchantée (opéra maçonnique)
Mozart : Don Juan
Leoncavallo : Paillasse (drame de jalousie, dans un cirque)

Et aussi…

Des opérettes : Strauss, Offenbach, …
Des comédies musicales modernes : Les misérables, Notre Dame de Paris, …
Des chanteurs : Jacques Brel, Charles Trenet,….


Des témoignages de résidants

Heure musicale : Valérie et Mozart…

Valérie nous a communiqué un virus contre lequel on ne peut rien, médicalement parlant : le virus de l’opéra…. C’est assez grave, car, d’un lundi à l’autre, les airs célèbres nous trottent dans la tête.

Après Carmen, nous étudions maintenant Mozart, le divin Mozart dans « la Flûte enchantée », son dernier opéra. Des airs si connus de Carmen, nous avons passé à Mozart, il fallait le faire… car ce n’est pas simple.

Grâce à Valérie, nous avons rencontré Mozart.
Personnellement, je ne connaissais aucun de ses opéras. Peu à peu, nous entrons dans ce monde paradoxal des légendes allemandes un peu ardu pour nous. Et puis, au fil des séances, Papageno, la Reine de la nuit, Tamino nous deviennent plus accessibles. Grâce à la lecture du livret que fait Valérie et grâce à l’enchantement que procurent les voix.

Mozart demande beaucoup à ses chanteuses. Les airs de la Reine de la Nuit sont de superbes vocalises, un tintement de clochettes, on s’envole….

Mozart, dans « la flûte enchantée » aime les oppositions : voix aérienne de la femme contre la basse étonnante et chaude de Sarastro ; opposition encore entre la lune et le soleil, monde féminin et monde masculin ; opposition entre les ténèbres et la lumière, entre l’amour et la raison, entre le rire et la peur, etc. ..

Le rire, c’est Papageno, le joyeux oiseleur qui vend ses oiseaux à la Reine de la nuit. Il a peur de tout, se contente de peu et doit suivre le prince Tamino dans le parcours initiatique à son corps défendant.

Nous n’avons pas terminé l’étude de « la flûte enchantée ». Nous continuerons pendant deux ou trois lundis l’heure musicale. Merci Valérie, nous pourrons goûter encore à la grande beauté de la musique de Mozart.

Lucienne Babel, 6 novembre 2000


Que reste-t-il de nos amours ?

Valérie nous attend chaque lundi à 10h30 pour nous présenter « Carmen », l’opéra mondialement connu de Bizet. Les airs célèbres enfouis, sous l’amas de feuilles mortes qui recouvre nos souvenirs, ressurgissent pour notre plus grand plaisir.

Valérie, en pédagogue avertie, lit le texte du livret, explique l’attitude des uns et des autres, fait chanter le disque et tout devient clair. Les paroles des chœurs et des conversations dont nous fredonnions la musique sans comprendre les paroles prennent une résonnance nouvelle.

Valérie voudrait, sans en avoir l’air, arriver à nous faire analyser le comportement de Carmen. Valérie sait qu’elle touche à un point très sensible dans les vieux cœurs que nous sommes ? Qu’il y a-t-il de commun entre Carmen, la gitane, Carmen la liberté, Carmen la passion et nous ?
Nous n’avons jamais averti nos amoureux avec ses paroles à elle : « Si tu m’aimes, prends garde à toi. » Ca ne nous serait même pas venu à l’idée !

Carmen provoque Don José. Il ne peut relever le défi, il est bon, il est simple au fond, il ne met aucune condition dans son avez, tout enivré par le parfum de la fleur qu’elle lui a jetée.

Et le toréador (Escamillo) entre dans l’arène avec son habit de lumière, la corrida est sanglante et « l’œil noir qui regarde » le vainqueur ne voit que lui. Don José est là aussi, jaloux à en mourir, et c’est lui qui tue Carmen. Je résume à sa plus simple expression l’histoire de Carmen. Cet opéra , peut-être le plus populaire des opéras, pourquoi nous touche-t-il à ce point ? Est-ce que nous aurions l’audace de comparer la petite Carmen qui dort en nous, sous les feuilles mortes de nos souvenirs, à la grande Carmen ?

Allons, dites-le (c’est si vieux !), cette rencontre formidable rompue parce qu’un beau parleur nous a fait du bla-bla-bla….

J’a dû me servir du dictionnaire pour retrouver l’orthographe de certains mots. Savez-vous ce que j’ai trouvé ? un brin de muguet qui séchait entre ses pages…

Lucienne Babel




← retour